Bulletin de liaison #12 / hiver 2019

Twitter
Facebook
Linked In Pollinis

Quelques mots

WWW.POLLINIS.ORG

POLLINIS renforce son équipe !

ALLIANCE STRATÉGIQUE

POLLINIS rejoint 
les Coquelicots

CONTRER LES LOBBIES

► Destiné à lancer notre opération de restauration des habitats de pollinisateurs, le chantier de Germainville a également permis à une quarantaine de lycéens et étudiants de participer à un projet concret de gestion et de protection de la nature.

La plaine céréalière de la Beauce ne constitue pas un paysage très hospitalier pour les abeilles et les papillons... C'est pourtant ce décor de monocultures à perte de vue que POLLINIS a choisi pour lancer sa première campagne de restauration des habitats pour pollinisateurs, avec la plantation, dans un premier temps, de trois rangs d'arbres, de buissons et de plantes à fleurs favorables aux insectes, pour un total de 750 mètres de haies. Un projet vital pour l'agriculteur Fabien Perrot, qui a besoin d'implanter un système de haies brise-vents capable d'abriter les vaches qu'il compte réintroduire dans la plaine pour réorienter la ferme familiale vers la polyculture-élevage en

Les chantres de l'agri-business prétendent qu'il est impossible de nourrir la population sans recours aux pesticides. Pourtant, des centaines de fermiers en France produisent déjà en quantité sans utiliser de molécules chimiques de synthèse... Et ils vivent bien de leurs productions ; souvent même mieux que les autres.

Sous le nom de « Terres de pollinisateurs », POLLINIS engage un projet qui vise à mettre en valeur ces fermes pionnières et à identifier les freins et les leviers d'une transition agroécologique favorable aux pollinisateurs. « Notre but, c'est de proposer des arguments solides face au « Il n'y a pas d'alternative » que nous opposent systématiquement les lobbies, explique Lorine Azoulai, chargée de mission Agriculture au sein de POLLINIS. Pour cela, nous allons multiplier et publier des portraits de fermes, afin de valoriser ces exemples concrets 

Le mouvement citoyen, « Nous voulons des coquelicots », a choisi cette fleur sauvage comme symbole de sa lutte contre les molécules de synthèse.

Vos signatures aux pétitions nous confèrent la légitimité indispensable qui nous ouvre les portes des représentants politiques. Vos dons garantissent à POLLINIS la totale liberté d'action et de parole dont nous avons besoin pour faire pression efficacement sur les décideurs politiques. 

JE FAIS UN DON

POLLINIS, c'est vous ! Sans votre soutien nous ne pourrions pas lutter à Bruxelles et à Paris pour enrayer la disparition des abeilles et de tous les pollinisateurs ; nous ne pourrions pas faire pression sur les responsables politiques pour faire entendre la voix des citoyens, et peser dans la balance face aux intérêts des firmes agrochimiques ; nous ne pourrions pas utiliser contre eux les propres armes des lobbyistes, en passant au crible la réglementation européenne ou en commandant des études scientifiques ; nous n'aurions pas les moyens d'alerter le public et de monter des dossiers de contre-lobbying citoyen pour aller défendre l'intérêt général au cœur des institutions.

Dans les mois qui viennent, grâce à votre engagement et votre soutien financier, POLLINIS va pouvoir se battre sur plusieurs fronts pour sauver les pollinisateurs :

► faire pression sur les responsables politiques et alerter l'opinion publique sur le scandale des pesticides SDHI, cette bombe à retardement présente dans nos sols, nos assiettes, et l'air que nous respirons ;

► s'assurer que l'interdiction en France de tous les pesticides ayant le même mode d'action que les néonicotinoïdes soit réellement appliquée et de façon pérenne malgré la pression des lobbys pour que le décret d'application ne sorte pas ;

faire ressortir toutes les contradictions et les faiblesses du système européen d'homologation des pesticides pour pouvoir s'opposer efficacement aux nouveaux tueurs d'abeilles à venir ; 

faire connaître et promouvoir les fermes qui ont déjà réussi à produire avec de bons rendements sans aucun pesticide, pour accélérer la transition vers une agriculture respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend ;

alerter et mobiliser le plus grand nombre possible de citoyens au déclin massif des pollinisateurs sauvages, et convaincre les responsables politiques de l'impérieuse nécessité de les protéger ;

► protéger l'abeille noire (Apis mellifera mellifera) et les autres races d'abeilles locales en voie de disparition, et soutenir juridiquement et financièrement le travail indispensable des conservatoires d'abeilles en France, et ailleurs en Europe (notre abeille locale, l'abeille noire).

► JE FAIS UN DON

nécessaires pour permettre la transaction ne vous seront demandées qu'à la fin, sur le serveur ultra-sécurisé de la banque. Vos coordonnées sont nécessaires pour enregistrer votre don, vous envoyer votre attestation, et vous tenir informé des actions réalisées par POLLINIS grâce à votre soutien. Les données enregistrées sur ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique réalisé par l’association POLLINIS, dans le respect du Règlement général (UE) 2016/679 sur la Protection des données. Vous pouvez à tout moment exercer vos droits d’accès, de modification, de rectification, d’opposition, de limitation ou d’effacement sur simple demande à l’adresse contact@pollinis.org. Les données vous concernant seront automatiquement effacées de nos serveurs à votre demande, ou en cas d’inactivité de votre part pendant plus de 48 mois.

Choix des essences, disposition des rangs, coordination du chantier... C'est le bureau d'études AGROOF, spécialisé en agroforesterie, qui a été chargé par POLLINIS d’organiser le chantier de Germainville, en tenant compte d’une recommandation centrale de notre cahier 

UN SEUL POINT COMMUN,
LE « ZÉRO PESTICIDE »

► Comment peut-on se passer de pesticides ? Le meilleur moyen de le savoir, c'est encore de poser cette question à ceux qui s'en passent déjà. POLLINIS part à la rencontre de ces acteurs de terrain pour montrer qu'il existe des alternatives à l'agriculture agrochimique et pour les promouvoir.

Association indépendante et sans but lucratif qui se bat pour la protection des abeilles et des pollinisateurs sauvages en militant notamment pour un modèle agricole sans pesticide en Europe. POLLINIS repose entièrement sur les dons de citoyens engagés comme vous dans ce combat vital et ne reçoit aucun financement de gouvernements ou d'organisations professionnelles pour pouvoir conserver son indépendance absolue vis-à-vis de tout pouvoir économique ou politique. L’association POLLINIS a pour éthique de ne pas échanger ou commercialiser les coordonnées de ses membres, votre email ne sera donc utilisé que dans le but de vous tenir au courant des actions de POLLINIS. Si vous souhaitez vous désinscrire de notre liste de diffusion, il vous suffira d'envoyer un e-mail à contact@pollinis.org en mentionnant "Désinscription" comme objet de votre message. Si vous souhaitez d'avantage d'informations sur POLLINIS, vous pouvez visiter le site Internet www.pollinis.org ou nous écrire à contact@pollinis.org

Merci aux plus de 20 000 donateurs qui nous permettent 
d'agir au quotidien pour sauver les abeilles, et aux 
1,4 million de citoyens engagés aux côtés de POLLINIS. 

Pour mener tous ces combats de front, nous avons besoin de votre aide.

SAUVER LES POLLINISATEURS

 

NOS COMBATS

Terres de pollinisateurs : 
la preuve par l'exemple

Oui, une agriculture sans pesticides tueurs d'abeilles est possible. Elle existe même déjà et obtient de bons résultats. Pour le prouver aux responsables politiques, POLLINIS part à la rencontre de ces agriculteurs « zéro phyto », pour faire valoir leur expérience et leurs succès et pour identifier avec eux les moyens de changer rapidement notre façon de produire. 

Pour enrayer le déclin brutal des pollinisateurs sauvages, il faut en finir avec les pesticides mais aussi restaurer d’urgence les ressources florales et les zones dont ils ont besoin pour nicher et se reproduire. Les ingénieurs agronomes de POLLINIS travaillent depuis plusieurs mois sur le rôle crucial des haies dans cette équation. Avec l'aide des experts et des acteurs de terrain, ils ont établi un Cahier des charges des haies pour pollinisateurs. En janvier, l'équipe a participé à sa première mise en œuvre dans une ferme d'Eure-et-Loir. Un projet financé à 100 % par les membres de POLLINIS.

Maraîchers, polyculteurs-éleveurs, viticul-teurs ou producteurs de céréales : les ingénieurs agronomes du pôle Agriculture de POLLINIS, épaulés par les étudiants de Montpellier Sup'Agro, ont déjà rencontré une vingtaine d'agricultrices et d'agriculteurs engagés dans la voie du 
« zéro phyto » pour discuter et décortiquer leur méthode. Cette enquête de terrain, éclairée par l'analyse des systèmes agraires et de leur économie, laisse entrevoir la diversité mais aussi les réelles perspectives de ces modes de production innovants. Des Terres de pollinisateurs à découvrir bientôt sur le site de l'association...

Toxicité des pesticides : POLLINIS demande 
l'adoption en urgence des « tests abeilles »

CONTRE-LOBBYING CITOYEN

SDHI : réévaluer d'urgence leurs effets sur la santé et l'environnement

Les multinationales de l'agrochimie ont réussi à faire enterrer les nouvelles procédures d'autorisation des pesticides qui auraient permis d'enrayer rapidement le déclin dramatique des abeilles et autres pollinisateurs essentiels partout en Europe. En réponse, l'ANSES, l'autorité sanitaire française, vient de publier un avis demandant l'adoption de ces tests en France et en Europe. POLLINIS organise une mobilisation d'urgence pour imposer cette réforme vitale et contrer le blocage scandaleux des lobbies au niveau européen. 

Les scientifiques de l'Inserm, du CNRS et de l'INRA qui ont lancé l'alerte sur les fongicides SDHI viennent de publier une analyse au vitriol du rapport remis le 15 janvier par l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire. Face à ce risque majeur, POLLINIS a décidé de financer des études indépendantes.

« Nous espérions avoir des éléments nouveaux indiquant que nous avions tort, et en fait non », déplore Pierre Rustin (CNRS), membre du collectif de scientifiques qui avaient interpellé l'ANSES en avril dernier dans le quotidien Libération à propos des risques sérieux posés par les SDHI. Ces substances sont utilisées pour détruire les champignons en bloquant leur respiration cellulaire. Mais en 2017, Pierre Rustin et Paule Bénit, tous deux spécialistes des maladies mitochondriales à l'Inserm, avaient découvert, sidérés, que les fongicides SDHI agissaient aussi sur les cellules humaines et celles des vers de terre en laboratoireLes chercheurs ont immédiatement lancé une procédure d'alerte auprès de l'Anses. Les autorités sanitaires ont fini par accepter de missionner un comité d'experts, qui n'a finalement pas préconisé le retrait des SDHI.

Mais les chercheurs ont été « surpris de constater qu’aucun des experts missionnés par

l’agence n’est spécialiste des maladies mitochondriales, c’est-à-dire du sujet traité ». 
Le mécanisme d'action très particulier des SDHI sur les cellules n'a pas été pris en compte dans l'examen du dossier. Le rapport de l'Anses présente par ailleurs « un fort degré d’incertitude sur nombre de questions » et l'ANSES n'a mené aucune nouvelle recherche pour vérifier les effets présumés de ces fongicides. Pourtant, les risques pour la biodiversité pourraient être considérables. « Ce ne sont pas du tout des fongicides, ce sont des pesticides au sens large, des poisons qui empêchent les cellules de n’importe quel être vivant de respirer. Donc tous les organismes vivants sont potentiellement visés, les vers de terre, les abeilles, etc. », explique Pierre Rustin.

Grâce au soutien de ses sympathisants, POLLINIS a pu financer le lancement d'études indépendantes mesurant enfin l'impact réel de ces fongicides pour les abeilles, les pollinisateurs sauvages et la santé, en partenariat avec l'Inserm et l’Université de Bologne en Italie.

► Le Monde a consacré un article à la saisine du médiateur européen par POLLINIS, suite au refus de communication des délibérations du SCoPAFF concernant les nouveaux « tests abeilles » promues par l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Cette saisine est également relayée par le Journal de l'environnement.

PROBITÉ ET TRANSPARENCE

POLLINIS reçoit le label 
« Don en confiance »

Après plus d'une année d'audit, POLLINIS s'est vue décerner le label « Don en Confiance ». Une reconnaissance qui confirme que l'association respecte strictement les quatre principes cardinaux du label : « respect du donateur, transparence, recherche d’efficacité, probité et désintéressement ».

ESSAIMER

 

Restaurer d'urgence l'habitat des pollinisateurs : 
premiers coups de pioches pour POLLINIS

Rapports et études, enquêtes, articles et entretiens, comptes-rendus ou fiches thématiques : les missions et les projets de POLLINIS génèrent une intense activité rédactionnelle qui demande beaucoup d'investissement et de rigueur. Journaliste, Julien a rejoint l'équipe en tant que chargé de projets éditoriaux, pour rendre accessibles sans les dénaturer les informations souvent complexes que nous voulons faire connaître à tous, citoyens, médias et responsables politiques. Une mission qu'il accomplit avec enthousiasme : « Faire connaître les pollinisateurs, leur importance et ce qu'il faut mettre en œuvre pour enrayer leur disparition me semble une mission essentielle et une excellente raison de se lever le matin ! ».

« Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes » ! L'Appel des coquelicots ne fait pas de détours et réclame de sortir une bonne fois pour toutes du « système criminel des pesticides ». Un combat partagé par POLLINIS, qui a choisi de rejoindre ce mouvement, avec plus de 80 autres ONG. La pétition lancée par les Coquelicots compte réunir 5 millions de signatures d'ici deux ans. Dans plus de 500 villes et villages de toute la France, des citoyens mobilisés organisent aussi des rassemblements chaque premier vendredi du mois. Rejoignez cet appel en cliquant ici

Il y aura beaucoup d’autres chantiers après celui de Germainville. « Ce chantier pilote nous permet de tester et d'améliorer notre cahier des charges, et de le faire évoluer avec le concours des spécialistes de terrain » explique Matthieu Lacour-Veyranne, chargé de mission Agriculture pour POLLINIS. « Notre objectif à terme, précise Nicolas Laarman, délégué général de l'association, est de créer un système de haies qui permette aux pollinisateurs de se nourrir, de nicher et de repeupler nos territoires. En remettant en contact, sur le principe des corridors écologiques, des populations dont l’habitat a été fragmenté, on favorise la biodiversité, le nombre des pollinisateurs et, avec eux, d’une grande variété d’insectes, d’oiseaux, de plantes et de mammifères. » 

POLLINIS compte sur ses donateurs pour faire fleurir ces haies pour pollinisateurs à travers tous nos territoires. Car à côté du combat que mène l'association contre les pesticides, la restauration des habitats et des ressources est une condition sine qua non pour enrayer l’extinction des espèces.

POLLINIS vous garantit une totale confidentialité de vos données personnelles, qui ne seront pas communiquées à des organismes  tiers.   Toutes  les  informations

Nos combats dans les médias

► Sur  Le Monde.fr, Nicolas LAARMAN appelle à l'adoption immédiate par la France des nouveaux « tests abeilles » dans une tribune intitulée « Il est temps d’arrêter le massacre des abeilles », publiée le 6 février et reprise sur les sites d'Arrêt sur images et Bio à la une. Dénonçant l'ajournement des nouveaux "tests abeilles" au niveau européen, le délégué général de POLLINIS souligne que le déclin spectaculaire des pollinisateurs "aura de graves conséquences sur la sécurité alimentaire" et demande au gouvernement français de "prendre ses responsabilités et réformer son système d'homologation". 

► POLLINIS labellisée "Don en Confiance" : cette bonne nouvelle fait l'objet d'un article sur Carenews. Le portail dédié à l'intérêt général souligne que POLLINIS « s’ajoute ainsi aux 89 autres associations et fondations engagées dans le respect des exigences déontologiques de la Charte, pour assurer aux donateurs un don en toute confiance ».

DES TESTS QUI FONT TREMBLER LES GÉANTS DE L'AGROCHIMIE

Ces tests existent déjà, ils sont applicables immédiatement à moindre coût, et ils sont très efficaces. C'est sans doute là que le bât blesse : l'agrochimie a avoué bien malgré elle que si les tests identifiant clairement les risques pour les abeilles des pesticides dernière génération étaient adoptés, la très grande majorité de leurs produits aujourd'hui déversés en quantités industrielles dans nos pays seraient purement et simplement interdits à la vente. Ils ont donc pesé de tout leur poids pour faire enterrer ces tests qui ruineraient leur business. 

à adopter d'urgence une réforme vitale pour notre avenir à tous. Près de 170 000 citoyens ont déjà signé la pétition de POLLINIS exhortant la France à instaurer immédiatement les « tests abeilles » en France, comme le recommandent les scientifiques de sa propre agence d'évaluation des risques. La Belgique a déjà réformé partiellement ses procédures d'homologation en ce sens. La France peut et doit à son tour arrêter le massacre des pollinisateurs et de la biodiversité avant qu'il ne soit trop tard. 

péens, réunis au sein d'un obscur comité technique, le SCoPAFF, le « Comité permanent des plantes, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux », ont décidé d'enterrer cette réforme vitale qui permettrait d'enrayer très efficacement et rapidement l'extinction des pollinisateurs, des insectes et de la biodiversité dans tous les pays européens. 

Le 20 décembre 2018, l'association a reçu la confirmation officielle de sa labellisation 
« Don en Confiance », au terme d'une démarche engagée près de 18 mois auparavant. POLLINIS rejoint ainsi 89 autres associations reconnues par ce label qui s'est imposé, depuis sa création en 1989, comme une référence majeure en matière de déontologie et de transparence. 

UN AUDIT EN PROFONDEUR

Après confirmation de la recevabilité du dossier déposé par POLLINIS, deux instructeurs de « Don en Confiance » ont suivi l'association pendant près d'un an, assistant à ses conseils d'administration, épluchant ses comptes avec minutie, testant la stricte confidentialité des données personnelles qui lui sont transmises, interrogeant le matériel de communication de POLLINIS afin de vérifier sa conformité avec l'action réelle de l'association.

POLLINIS EXISTE GRÂCE À VOUS

Merci pour vos dons 
et votre soutien

Révélation après révélation, nous gagnons des batailles, tous ensemble. Un jour viendra la victoire. Votre idée sur les SDHI est bonne : exiger un protocole clinique indépendant et réglementé AVANT toute autorisation de mise sur le marché de produits agrochimiques. Ces substances altèrent l’environnement et la santé végétale, animale, mais aussi humaine, avec les agriculteurs en première ligne.
Roland

Je suis apiculteur et je me bats depuis des années contre ces produits mortels. Votre action est essentielle pour les générations à venir. Merci de votre combat.
Michel P.

Le premier numéro du magazine Abeilles en liberté est sorti en janvier. Au fil de ses 65 pages mises en valeur par une maquette claire et élégante, pas de recettes pour maximiser sa production de miel mais des découvertes sur les abeilles sauvages ou l'apiforesterie, des conseils pour installer une ruche de biodiversité ou un nichoir à abeilles solitaires ou encore la possibilité de savourer les vivantes « confessions d'un apiculteur repenti ».

Au cœur du dossier central (« Pourquoi changer notre regard sur l'abeille ? »), le reportage sur le rucher école du Héron illustre à la perfection la vocation du magazine : donner la possibilité de faire « se côtoyer une apiculture de production raisonnable et une apiculture naturaliste plus contemplative ». Pour commander le premier numéro ou s'abonner : rendez-vous sur le site de Terran Magazines.

PLANTES LOCALES POUR
POLLINISATEURS LOCAUX

VERS DES CORRIDORS
ÉCOLOGIQUES

« UN FORT DEGRÉ
D'INCERTITUDE »

« Pour une association engagée comme la nôtre, qui fait le choix de dépendre des dons des citoyens pour préserver son indépendance, ce label est un témoin précieux de notre probité et de notre rigueur » déclarait Charles Valade, président de POLLINIS, après l'annonce de la labellisation. Dans l'opération, l'association n'a pas seulement gagné l'agrément d'un label reconnu par tous dans le monde associatif. Cette démarche vertueuse va se prolonger pendant les trois années qui viennent, durant lesquelles les instructeurs de « Don en Confiance » vont continuer à suivre les actions menées par l'association.

► JE SIGNE LA PÉTITION

UN SUIVI SUR TROIS ANS

Et si on écoutait l'abeille au lieu de l'exploiter ? C'est la proposition du magazine Abeilles en liberté, dont POLLINIS accompagne le lancement.

Je remercie POLLINIS pour son action en faveur des abeilles et contre leur massacre. J’ai peur qu’il ne soit trop tard pour l’humanité telle que nous la connaissons aujourd’hui mais grâce à vous, l’espoir d’une vie intelligente sur Terre perdure. Vous pouvez compter sur ma présence à vos côtés.
Jean-Marie F.

La bataille contre les lobbies fait rage à tous les niveaux, à Paris comme à Bruxelles. L'ANSES, l'autorité sanitaire française, vient de rendre public un document dans lequel elle préconise l'adoption en France et en Europe des « tests abeilles » qui permettraient d'en finir une fois pour toutes avec les pesticides tueurs d'abeilles dans tous les pays européens. C'est une prise de position historique de l'ANSES, qui a conduit le gouvernement à annoncer la création d'un groupe de travail censé étudier la mise en place de ces tests au niveau français. Mais sans pression massive des citoyens, il y a un risque majeur que les lobbies de l'agrochimie réussissent une fois de plus à faire enterrer cette réforme salutaire pour les pollinisateurs et l'ensemble de la biodiversité. 

UNE PRESSION MASSIVE DES CITOYENS CONTRE LES LOBBIES

Un examen rigoureux qui a amené les instructeurs à souligner dans leur rapport : « l'implication de la gouvernance dans les actions menées » et un « fonctionnement fluide et efficace ». 

Bravo pour le combat gigantesque que vous menez face à des adversaires cyniques et dangereux. Je suis heureux de vous adresser ma contribution et je suis certain qu'elle servira à des projets tournés vers le futur et sa protection.
Reçu par courrier

d'alternatives et formuler les recom-mandations politiques qui permettront de guider la sortie des pesticides. »

COMMUNAUTÉ

Une revue au service 
des abeilles

en bio. Mais pour POLLINIS, c'est aussi et surtout un test grandeur nature pour le nouveau Cahier des charges des haies pour pollinisateurs élaboré pour tenir compte au mieux des besoins de ces précieux insectes auxiliaires sauvages.

des charges : « fournir des essences locales de plantes adaptées à la variété et à la biodiversité des pollinisateurs locaux ». L'équipe de POLLINIS a participé à la plantation le 24 janvier dernier, aux côtés d’une quarantaine d'étudiants (lycéens agricoles et BTS « Gestion et Protection de la Nature ») et professeurs mobilisés par l'association et venus spécialement du lycée Le Chesnoy (Loiret).

La plaine céréalière de la Beauce ne constitue pas un paysage très hospitalier pour les abeilles et les papillons... C'est pourtant ce décor de monocultures à perte de vue que POLLINIS a choisi pour lancer sa première campagne de restauration des habitats pour pollinisateurs, avec la plantation d’une première tranche de trois fois 750 mètres de long sur deux rangs d’arbres, de buissons et de plantes à fleurs favorables aux insectes. Un projet vital pour l'agriculteur Fabien Perrot, qui a besoin d'implanter un système de haies brise-vents capable d'abriter les vaches qu'il compte réintroduire dans la plaine pour réorienter la ferme familiale vers la polyculture-élevage en bio. Mais pour POLLINIS, c'est aussi et surtout un test grandeur nature pour le nouveau « cahier des charges des haies pour pollinisateurs » élaboré pour tenir compte au mieux des besoins de ces précieux insectes auxiliaires sauvages.

► POLLINIS a été la première à répondre à l'alerte des chercheurs sur les fongicides SDHI, tueurs d'abeilles et cancérigènes potentiels.   

SECRET DES AFFAIRES

Implant files : POLLINIS s'associe à la plainte

Comme prévu, la nouvelle loi sur le secret des affaires fait déjà entrave au droit à l'information.

La loi sur le secret des affaires contre laquelle POLLINIS a bataillé tout au long de l'année 2018 commence à faire sentir ses effets. Et, contrairement à ce qu'annonçaient ses promoteurs, elle est d'ores et déjà utilisée pour faire entrave au droit à l'information. Même quand il s'agit d'informations vitales pour les citoyens, leur santé ou leur environnement. 

Dans le cadre de l'enquête sur les Implants files, la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) a ainsi justifié par la protection du secret des affaires le refus formulé par l'établissement public LNE/G-MED de transmettre au journal Le Monde la liste des données ayant conduit à la certification de certains dispositifs médicaux (prothèses, défibrillateurs...). Le Monde a déposé plainte devant le tribunal administratif pour contester cette décision et l'association Anticor a relayé cette démarche en lançant une action juridique commune regroupant ONG et sociétés de journalistes afin d'appuyer devant le tribunal la requête du quotidien. Sollicitée par Anticor, POLLINIS, membre fondateur du collectif « Stop Secret d'affaires », s'est immédiatement associée à cette démarche.

► Oui, il est aujourd'hui possible d'imposer les nouveaux « tests abeilles » pour arrêter le massacre des pollinisateurs en France et en Europe. Mais seule une mobilisation massive des citoyens permettra de faire pencher la balance du bon côté.

Face à un tel crime contre la biodiversité et l'avenir du vivant, seule une mobilisation massive des citoyens peut contraindre la France comme les institutions européennes 

► En bonus dans ce numéro 1, un portfolio d'abeilles libres, réalisé par Myriam Lefebvre.

Le 24 janvier dernier, les représentants des Ministres de l'Agriculture des 28 pays européens, réunis au sein d'un obscur comité technique, le SCoPAFF, le "Comité permanent des plantes, des animaux, des  denrées alimentaires et des aliments pour animaux", ont décidé d'enterrer cette réforme vitale qui permettrait d'enrayer très efficacement et rapidement l'extinction des pollinisateurs, des insectes et de la biodiversité dans tous les pays européens. 

Face à un tel crime contre la biodiversité et l'avenir du vivant, seule une mobilisation massive des citoyens peut contraindre la France et les institutions européennes à adopter d'urgence une réforme vitale pour notre avenir à tous. Près de 170 000 citoyens ont déjà signé la pétition de POLLINIS exhortant la France à instaurer immédiatement les « Tests abeilles » en France, comme le recommandent les scientifiques de sa propre agence d'évaluation des risques. La Belgique a déjà réformé partiellement ses procédures d'homologation en ce sens. La France peut et doit à son tour arrêter le massacre des pollinisateurs et de la biodiversité avant qu'il ne soit trop tard. 

Le 24 janvier dernier, les représentants des ministres de l'Agriculture des 28 pays  euro-

Fix the following errors:
Hide