Toutes les informations nécessaires pour permettre la transaction ne vous seront demandées qu'à la fin, sur le serveur ultra-sécurisé de la banque. POLLINIS vous garantit une totale confidentialité de vos données personnelles. Si les dons récoltés dépassent l'objectif fixé, POLLINIS se réserve le droit d'utiliser les excédents pour mener à bien d'autres campagnes pour la protection des pollinisateurs.

JE SOUTIENS CE PROJET 

JE FAIS UN DON

> JE FAIS UN DON

LES ABEILLES SAUVAGES

DES CHAMPIONNES DE LA POLLINISATION
Moins connues que leurs cousines domestiques, les abeilles sauvages sont pourtant des chaînons-clé de la pollinisation. Les bourdons, abeilles solitaires, halictes, mégachiles et autres xylocopes contribuent à polliniser plus de 80 % des plantes à fleur, étape nécessaire à la formation des fruits et des graines. Avec leur corps velu et leurs langues de différentes tailles, adaptées à chaque fleur, ce sont d'excellents pollinisateurs et un maillon essentiel de la biodiversité et de notre alimentation.

DES INSECTES INDISPENSABLES ET MÉCONNUS
Faute d'études, on ne connait pas l'état des effectifs de la grande majorité (79%) des espèces d'abeilles sauvages1. Elles sont pourtant capitales pour la reproduction des fleurs et la beauté de nos paysages, mais aussi pour la qualité, la quantité et la diversité de notre alimentation. Leur présence dans un champ permet d'augmenter - parfois de doubler - les rendements de certains fruits et de légumes2. Les tomates ne peuvent être pollinisées efficacement que par les bourdons, les seuls à pouvoir faire vibrer ces fleurs pour qu'elles libèrent leur pollen ! 3. Mais les abeilles sauvages sont menacées par les pesticides, la monoculture, la suppression des haies, l'urbanisation, les maladies... On sait par exemple que près de la moitié (46 %) des espèces de bourdons d'Europe sont déjà en déclin1… 

LE PROGRAMME APIFORMES

Pour en savoir plus : www.pollinis.org

POLLINIS vous tiendra informé des avancées de cette campagne et des autres campagnes qu'elle mène sur des thèmes similaires. Si à tout moment vous souhaitez vous désinscrire de notre liste de diffusion, il vous suffit d'envoyer un e-mail à unsubscribe@pollinis.org en mentionnant "Désinscription" comme objet de votre message. Ces données feront l'objet d'un traitement informatique. Le droit d'accès et de rectification est assuré par nos soins, en conformité avec la réglementation de la CNIL.

ONG INDÉPENDANTE ET SANS BUT LUCRATIF QUI AGIT EXCLUSIVEMENT GRÂCE AUX DONS DES CITOYENS POUR LA PROTECTION DES ABEILLES DOMESTIQUES ET SAUVAGES, ET POUR UNE AGRICULTURE QUI RESPECTE TOUS LES POLLINISATEURS. 10 RUE SAINT MARC, 75002 PARIS - CONTACT@POLLINIS.ORG - WWW.POLLINIS.ORG

BOURDON TERRESTRE

FAITES UN DON
POUR POURSUIVRE D'URGENCE

L'ÉTAT DES LIEUX 
DES ABEILLES SAUVAGES,

CHAÎNON-CLÉ DE 
LA POLLINISATION !

L'équipe scientifique du projet Apiformes, dirigée 
par le Dr. Bernard Vaissière, du laboratoire Pollinisation et écologie des abeilles de l'INRA, 
a besoin de votre aide, pour recenser 
les abeilles sauvages, préciser les causes 
de leur disparition rapide et guider les mesures 
de leur préservation dans notre pays.

FAITES UN DON EN UTILISANT CE FORMULAIRE

© Nicolas Morison

XYLOCOPE

Parce que ces pollinisateurs essentiels ne produisent pas de miel – et ne présentent donc pas d’intérêt économique direct – ils ont été trop peu étudiés jusqu'ici.

Apiformes, le programme scientifique de l'INRA, l'Institut national de la recherche agronomique, et la Bergerie Nationale, qui a pour buts de :  

RECENSER ENFIN LES ABEILLES SAUVAGES

En France, il existe près d'un millier d'espèces d'abeilles sauvages (l'abeille domestique se limite à cinq sous-espèces), un véritable arc-en-ciel de formes et de couleurs qui a coévolué avec les fleurs. Ces pollinisateurs sont méconnus ; certaines espèces restent même à découvrir... Il est urgent d'en faire l'inventaire.

ÉTUDIER LE RYTHME ET LES CAUSES DE LEUR DISPARITION

Pratiques agricoles, urbanisation, maladies... Pour mettre en place des politiques de protection, il faut comprendre pourquoi des pollinisateurs sauvages sont en déclin et à quel rythme ils disparaissent.  

ÉTABLIR LEURS LIENS AVEC LES CULTURES

Les abeilles sauvages, comme les abeilles domestiques, ont un impact sur les rendements et la qualité des produits agricoles. Il est donc vital de déterminer quelles espèces correspondent à quelles cultures, quels services elles rendent et avec quelle efficacité pollinisatrice.

SENSIBILISER LES FUTURS AGRICULTEURS À LEUR RÔLE

L'atout de ce projet scientifique repose sur l'implication de plusieurs centaines de lycéens agricoles en France. Ce sont eux qui collectent les hyménoptères sauvages dans leurs exploitations agricoles pédagogiques avec des coupelles de liquide ou des filets à papillons. Le protocole est encadré par les professeurs, formés par les scientifiques de l'INRA. Les insectes sont ensuite envoyés au laboratoire d'Avignon pour identification. Dans les lycées, des hôtels à abeilles ont été installés et des journées portes ouvertes organisées. Ce processus permet de sensibiliser les agriculteurs de demain au rôle primordial des abeilles sauvages, et à l'impérieuse nécessité de les protéger en faisant évoluer leurs pratiques agricoles. Car les études récentes démontrent en effet que l'agriculture industrielle (pesticides, monocultures...) joue un rôle majeur dans le dramatique déclin des insectes pollinisateurs.

LE PROGRAMME SCIENTIFIQUE DE L'INRA A ÉTÉ BAPTISÉ APIFORMES 
À PARTIR DU NOM SCIENTIFIQUE QUI REGROUPE TOUTES LES ABEILLES.

LA CONTINUITÉ DE CE PROGRAMME CRUCIAL EST RÉGULIÈREMENT MENACÉE FAUTE DE FINANCEMENT. DIX ANS DE TRAVAIL POURRAIENT ÊTRE PERDUS.  
C'EST POUR CETTE RAISON QUE POLLINIS, 
QUI SOUTIENT CE PROJET DEPUIS 2013, FAIT DE NOUVEAU APPEL À VOUS. 

> FAITES UN DON MAINTENANT

BOMBUS

© Laurent Guilbaud - INRA

HALICTE

© Laurent Guilbaud - INRA

HALICTE

© Laurent Guilbaud - INRA

LES ACTEURS DU PROJET

BERNARD VAISSIÈRE

CHARGÉ DE RECHERCHE À L'INRA, AU SEIN DE L'UNITÉ 
ABEILLES ET ENVIRONNEMENT.
Il dirige le volet scientifique du programme Apiformes. 
Il est l'un des meilleurs spécialistes français du lien entre les pollinisateurs et l'agriculture et est membre du Haut Conseil des Biotechnologies en charge des thèmes 
« Pollinisation entomophile et insectes pollinisateurs » 
et du Comité scientifique de l’Agroscope en Suisse.

LA BERGERIE NATIONALE

Centre de ressources au développement durable depuis 1994, coordonne le programme Apiformes au niveau des lycées agricoles participants.

DES CENTAINES DE LYCÉENS

Répartis dans 25 lycées agricoles volontaires, contribuent au programme en collectant 
les pollinisateurs sauvages.

"UNE ONG COMME POLLINIS NOUS RAPPELLE QUE CERTAINS ÊTRES N'ONT PAS DE REPRESENTANTS POLITIQUES, MAIS N'EN SONT PAS MOINS IMPORTANTS POUR CELA."

Dr. BERNARD VAISSIÈRE   
INRA d'Avignon, directeur du projet

À QUOI VONT SERVIR 
VOS DONS

Lancer de la phase 2 du programme, avec capture des abeilles

Poursuivre l'identification des pollinisateurs sauvages. Tous

Établir le protocole scientifique qui permettra l'analyse de 

CE QUI A ÉTÉ ACCOMPLI GRÂCE À VOUS

Entre 2007 et 2013, l'équipe du Dr. Bernard Vaissière a validé la démarche scientifique d'Apiformes qui combine sciences participatives avec les lycéens et identification des spécimens collectés par l'INRA. Les enseignants ont été formés par les scientifiques de l'INRA et le premier protocole de captures a été établi. 

L'arrêt du financement du ministère de l'Écologie en 2014 a failli réduire à néant tous ces efforts. Mais une première demande de dons réalisée à l'époque par POLLINIS a permis la poursuite du programme jusqu'à aujourd’hui. 

Depuis 2007 :

COLLETES HEDERAE

* http://link.springer.com/ article/10.1007/s10841-016- 9927-1

© Laurent Guilbaud - INRA

HALICTE

4 574 spécimens d'abeilles sauvages, appartenant à 195 espèces 

Les résultats de ces recherches ont été publiés en octobre 2016 

Ces résultats prouvent que la diversité des espèces pollinisatrices 

© Laurent Guilbaud - INRA

LE FRAGILE 
RÉSEAU APIFORMES, MALGRÉ

SA PERTINENCE 
ET SES AVANCÉES,

RISQUE À NOUVEAU
DE S'ARRÊTER 
FAUTE DE MOYENS
SUFFISANTS.

GRÂCE À VOTRE SOUTIEN, LES CHERCHEURS POURRONT :

Guider les mesures de préservation à l'échelle nationale pour 

> JE SOUTIENS LE PROGRAMME

augmentent avec les espaces semi-naturels herbacés, et en réduisant les monocultures. Mais aussi que l'identification des espèces est capitale pour détecter les effets des changements environnementaux sur les abeilles.

dans la revue scientifique « Journal of Insect Conservation », accessible gratuitement sur Internet*.

différentes, ont été collectés et identifiés.

sauvegarder les pollinisateurs sauvages.

l'impact de chaque espèce sur la pollinisation des cultures.

pollinisateurs doivent en effet être envoyés à des spécialistes en France, en Suisse, en Belgique, en Allemagne ou en Autriche pour être identifiés.  Une opération onéreuse (en moyenne 3,5 euros par spécimen capturé) mais essentielle  pour ne pas passer à côté d'une espèce encore inconnue et pouvoir effectuer l'analyse statistique des résultats.

sauvages au filet sur les cultures.

PRIMORDIAL

© Laurent Guilbaud - INRA

Fix the following errors:
Hide