POLLINIS existe grâce à vous : merci pour votre soutien, vos dons et vos messages

L'interdiction des insecticides néonicotinoïdes "tueurs d'abeilles" a finalement été votée en juillet dernier. Et ce, en dépit de l'opposition initiale du gouvernement et de celle, réitérée, du Sénat. POLLINIS est pourtant partagée entre l'extrême méfiance et la joie légitime après quatre ans de combat acharné pour la reconnaissance de leur impact sur les abeilles, et la méfiance.
Nos ingénieurs-agronomes ont en effet découvert que dans les mois à venir, au moins deux nouvelles substances vont être présentées aux autorités sanitaires pour approbation : le triflumezopurim et le dicloromezotiaz. Ces molécules encore méconnues ont un mode d'action proche des néonicotinoïdes : elles attaquent la même zone du système nerveux des insectes mais, au lieu de l'exciter, elles l'inhibent pour provoquer la paralysie et la mort. Leur forte toxicité sur les abeilles a déjà été soulignée par les scientifiques...

Alerte néonicotinoïdes : une interdiction en trompe-l'oeil

ATTENTION AUX NÉONICS QUI NE DISENT PAS LEUR NOM !

Ces nouveaux tueurs d'abeilles pourront donc être vendus aux agriculteurs en toute légalité puisque la loi ne stipule pas que les néonicotinoïdes devront être remplacés par des méthodes agricoles alternatives. Elle entérine leur remplacement par d'autres molécules, tout aussi nocives.
Pour toutes ces raisons, POLLINIS a lancé une pétition demandant aux chef d'États et de gouvernement de l'Union européenne de refuser l'autorisation de ces néonicotinoïdes cachés dans votre État, et d'agir auprès des institutions européennes pour empêcher toute nouvelle autorisation de substances tueuses d'abeilles. POLLINIS veut ainsi mettre fin à cette spirale infernale des pesticides, qui fait qu'un pesticide interdit est systématiquement remplacé par un autre, tout aussi toxique.

 

 

l'autorité sanitaire européenne (l'EFSA) qui évoque : "un risque élevé pour les abeilles". Les produits commercialisés qui contiennent ces molécules pourront donc arriver sur le marché dès que les pays de l'Union les auront autorisés. (L'Union européenne autorise les substances actives, mais ce sont les États qui valident la commercialisation des produits finis, c'est-à-dire la substance active avec les ingrédients ajoutés (co-formulants)). Le lancement du sulfoxaflor est prévu en Chine en 2016 sous le nom commercial Typhoonee, et au Canada en traitement de semence sous le nom Rascendo. 

 

Les néonicotinoïdes seront interdits en 2018 avec dérogations jusqu'en 2020. Mais POLLINIS tire la sonnette d'alarme : les agro-chimistes disposent déjà de pesticides au mode d'action et à l'impact sur les abeilles dramatiquement identiques. Et la loi permet le remplacement des néonicotinoïdes par d'autres molécules, tout aussi nocives. Pour les abeilles, c'est la garantie que l'hécatombe va se poursuivre...

« Pour avoir vécu avec 9 ruches, l'extraordinaire société des abeilles (ruches transportées en raison des méfaits des pesticides d'un espace « vert » proche), l'enchantement du vrombissement dans une mimoseraie en fleur, pour être amoureux des fleurs et des fruits, j'accompagne votre combat et vous remercie. Très cordialement. »

« Je soutiens le travail de POLLINIS et vous souhaite bon courage ! »

« Je vis depuis 20 ans dans une zone très rurale en Normandie (Pays de Caux) en pleine nature, entouré de champs immenses cultivés intensivement et de pâtures. (...) Il y a encore dix ans, les abeilles faisaient partie du paysage, et elles pollinisaient les fleurs sauvages qui, à la belle saison, coloraient en beauté le moindre talus (coquelicots, primevères, jonquilles...). Cette année, j'ai croisé dans ma propriété UNE SEULE ABEILLE pendant toute la belle saison. Les guêpes, bourdons et frelons sont, quant à eux, toujours présents, mais en nombre réduit. Et les fleurs se sont faites beaucoup plus rares. »
Philippe S.

Merci pour vos encouragements !

POLLINIS porte ses combats dans les médias !

► Alors que l'Assemblée nationale examine le projet de loi Biodiversité, POLLINIS demande en juin sur Itélé l'interdiction des néonicotinoïdes. L'occasion de rappeler que 1,2 million de citoyens ont signé notre pétition !

► Magnifique dossier dans Sciences et Avenir (juin 2016) sur le combat pour préserver l'abeille noire. Un bel hommage au travail de la Fédération Européenne des Conservatoires de l'abeille noire (FEdCAN), que POLLINIS a contribué à fonder en 2015.

Charles T., apiculteur amateur convaincu !

LES LOBBIES ONT DÉJÀ PRÉPARÉ LA SUITE
En plus de ces deux nouveaux tueurs d'abeilles, deux autres insecticides viennent discrètement d'obtenir le feu vert de Bruxelles. C'est le cas du sulfoxaflor et du flupyradifurone. Des insecticides dont la structure moléculaire et le mode d'action sont étrangement similaires à celui des néonicotinoïdes... Pour certains scientifiques, ils auraient du être intégrés à cette famille... Mais les industriels, qui (étonnamment) décident eux-mêmes du classement de leurs molécules dans telle ou telle catégorie, ont préféré leur aménager une nouvelle catégorie, et éviter ainsi l'interdiction prochaine. L'étude d'impact du Sulfoxaflor sur les abeilles, pourtant obligatoire pour obtenir une autorisation de mise sur le marché, n'a toujours pas été réalisée en dépit des exigences de la Commission, et malgré les conclusions de

 

Près de 150 000 signataires ont déjà demandé l'interdiction des nouveaux tueurs d'abeilles. Aidez-nous à atteindre 300 000 pour que des molécules tout aussi toxiques, venues opportunément remplacer les néonicotinoïdes interdits en 2020, ne soient pas autorisées.

Bulletin de liaison #3 / automne 2016

L'équipe de POLLINIS sur le site du Conservatoire de l'abeille noire d'Île de France (CANIF). Jérémi, rédacteur (à gauche) et Gaëtan, ingénieur agronome (à droite) examinent dans la forêt de Rambouillet les butineuses locales, aujourd'hui menacées, avec Lionel Garnery, spécialiste de l'abeille noire au CNRS, et Charlotte Chiarelli du CANIF  ► voir article page 2.

SAUVER L'ABEILLE NOIRE

    1. POURQUOI FAUT-IL PRÉSERVER L'ABEILLE NOIRE ?
L'abeille noire est notre abeille endémique de l'ouest européen. Elle est adaptée à notre écosystème et à notre climat depuis des milliers d'années. Mais aujourd'hui elle est menacée par l'introduction massive d'abeilles importées et parce que le nombre d'apiculteurs qui travaillent avec elle, se réduit comme peau de chagrin. Ainsi, peu à peu, son génotype si particulier qui constitue notre patrimoine naturel disparaît au gré des croisements avec les abeilles importées.

L'objectif est d'abord de faire connaître l'abeille noire et le travail des conservatoires au grand public. Cette année, la dizaine de conservatoires de la Federation des Conservatoires de l'abeille noire (FedCAN) seront présents. Pour mieux préserver cette butineuse, nous souhaitons trouver ensemble des pistes de protections juridiques qui permettront la reconnaissance de nos conservatoires par les institutions. Les apiculteurs, les amoureux de la nature et le grand-public sont les bienvenus pour juger par eux-mêmes des points forts de cette abeille, très intéressante notamment pour les amateurs, car elle demande moins d'entretien en raison de sa rusticité. 

 

Une Fête de l'abeille noire en Île-de-France !

POLLINIS participe à la « Fête de l'abeille noire », qui se tiendra à Bullion en Île-de-France. Elle revêtira une saveur particulière puisque ce sera la première Fête de l'abeille noire organisée depuis la création de la Fédération européenne des Conservatoires de l'abeille noire (FEdCAN), en décembre 2015.
Au programme, expositions et conférences par des apiculteurs responsables de conservatoires, des scientifiques et des juristes qui évoqueront les pistes d'une future législation qui permettra de protéger l'espèce. Les visiteurs pourront profiter des visites du Conservatoire de l'abeille noire d'Île-de-France (Canif), installé en plein cœur de la forêt de Rambouillet. Une exposition concoctée par POLLINIS informera le grand public sur l'abeille et les menaces qui pèsent sur cet hyménoptère, avec un accent sur l'abeille noire.
 
Fête de l'abeille noire
5-6 novembre 2016
78 830 Bullion

► Vous souhaitez apporter votre soutien à l'organisation de l'évènement ? Contactez le CANIF :
www.abeille-noire.org

PROJET ANTI FRELON ASIATIQUE

2016. Face à ce fléau, les apiculteurs sont démunis : pour détruire les nids de frelons, ils n'ont à leur disposition que des pièges artisanaux inefficaces et des procédés chimiques dangereux et polluants.
La solution portée par POLLINIS est propre, efficace, et peu coûteuse. Elle consiste en un dispositif thermique qui, lorsqu'on l'introduit à l'intérieur d'un nid, détruit rapidement ses habitants. Le dispositif est complété par une perche afin d'atteindre les nids situés jusqu'à vingt-mètres de hauteur.

Les gardiens de l'abeille noire

Philippe Ruchat, vice-président du Conservatoire de l'abeille noire d’Île-de-France, recevra la fête de l'abeille noire en novembre dans la charmante commune de Bullion (78). L'occasion de poser 3 questions à ce défenseur de l'abeille ouest-européenne en voie d'extinction.

DES TESTS GRANDEUR NATURE

Grâce à notre appel aux dons cet été, la phase 2 du projet Anti-Frelon Asiatique a pu être enclenchée : des tests du prototype sur de vrais nids sont en cours.

Inspirés par les méthodes de défense des abeilles asiatiques, les ingénieurs polytechniciens en charge du projet ont imaginé un outil permettant d'introduire une chaleur intense à l'intérieur du nid de frelons.

    2. QUELLES SONT LES PARTICULARITÉS DE VOTRE CONSERVATOIRE DE L'ÎLE-DE-FRANCE ?
Près de Paris, nous assurons la sauvegarde de notre abeille locale, dans la vallée de Chevreuse, dans un espace d'une circonférence de plusieurs kilomètres. Dans ce véritable sanctuaire, le CANIF est axé sur la recherche. Les abeilles sont régulièrement analysées pour vérifier qu'il n'y a pas d'hybridation avec les autres espèces et que le génotype rustique de l'abeille noire est préservé. Une partie des colonies sont suivies par le CNRS qui analyse son comportement et son évolution. On organise des ateliers de formation pour faire découvrir les spécificités de cette abeille directement sur nos ruchers.
Grâce aux dons de nos sympathisants et à l'engagement de nombreux acteurs, le projet de lutte anti-frelon asiatique suit son cours comme prévu. Une première levée de fonds avait permis la mise au point par deux ingénieurs polytechniciens d'un prototype opérationnel. La deuxième levée de fond, cet été, a déjà permis de tester ce prototype sur le terrain. Un fois le prototype amélioré, il servira de modèle à la réalisation de six autres dispositifs qui seront testés grandeur nature par des professionnels (pompiers ou désinsectiseurs) durant deux mois.
 
UNE DIMENSION SOCIALE ET SCIENTIFIQUE
Ces six perches thermiques seront fabriquées par une entreprise de l'économie sociale et solidaire « EBS Espérance ». Les techniciens de cette coopérative bénéficieront ainsi d'une formation assurée par les ingénieurs du projet.

On intervient aussi dans les écoles pour expliquer aux enfants comment reconnaître une abeille et comment fonctionne une ruche.

Ils ont rejoint POLLINIS ! 

Lorine AZOULAI est titulaire d'un diplôme d'ingénieur agronome, mention "Sciences politiques, écologie et stratégies". Elle poursuit ses études dans le cadre d'un mastère spécialisé sur les systèmes alimentaires durables, coordonné par SupAgro et la Chaire Unesco "Alimentations du Monde" de l'INRA. C'est dans le cadre de son stage de fin d'études qu'elle a rejoint POLLINIS. Elle travaille sur l'identification et la valorisation des modèles agro-écologiques comme alternatives au modèle conventionnel.

Jérémi MICHAUX est chargé de communication multi-supports au sein de POLLINIS. Journaliste spécialisé sur les sujets environnementaux, il est titulaire d'une licence en communication scientifique obtenue au Cnam de Paris. Passionné d'audiovisuel, il apportera à l'association ses compétences en matière de photo et de vidéo.  

Anne DEMONCEAUX est ingénieure agronome spécialisée en Sciences politiques. Elle a travaillé un an en recherche et lobby au sein du panel d'experts sur les systèmes alimentaires durables à Bruxelles. Anne rejoint POLLINIS en tant que consultante afin de mettre à la portée de tous les composantes complexes de ces systèmes : semences, installations et transmission en agriculture...

> JE FAIS UN DON

JE FAIS UN DON

Toutes les informations nécessaires pour permettre la transaction ne vous seront demandées qu'à la fin, sur le serveur ultra-sécurisé de la banque. POLLINIS vous garantit une totale confidentialité de vos données personnelles. 

Vos signatures aux pétitions nous confèrent une légitimité indispensable qui nous ouvre les portes des représentants politiques. Vos dons donnent à POLLINIS la totale liberté d'action et de parole dont nous avons besoin pour faire pression efficacement sur les décideurs politiques.

Dans les mois qui viennent, grâce à vous, POLLINIS va mener de front plusieurs combats pour :
  • obtenir une interdiction réelle de tous les pesticides tueurs d'abeilles en France et en Europe ;
     
  • contrer les lobbies à Bruxelles lors des prochaines autorisations de mise sur le marché (AMM) de nouveaux pesticides ;
     
  • inscrire nos luttes à l'agenda des candidats à l'élection présidentielle française.
     
  • accélérer la transition vers une agriculture respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend ;
     
  • protéger notre abeille locale, l'abeille noire.
Pour mener tous ces combats de front, nous avons besoin de votre aide.
Merci aux 17 000 donateurs qui nous soutiennent et à tous ceux qui participent à nos campagnes, par leurs signatures, leurs participations financières ou tout simplement leurs mots d'encouragement.

Sans votre soutien nous ne pourrions pas lutter à Bruxelles et à Paris pour sauver les abeilles et les pollinisateurs sauvages. Nous ne pourrions pas passer aux cribles les règlementations ou commander des études scientifiques ; nous n'aurions pas les moyens d'alerter le public et de monter des dossiers de contre-lobbying citoyen pour aller défendre l'intérêt général au cœur des institutions.

Twitter
Facebook
Linked In Pollinis

Quatre fois plus de pesticide autorisé dans le miel

L'information est restée relativement confidentielle : cet été, la Commission européenne a discrètement augmenté le seuil maximal de résidus d'un insecticide néonicotinoïde dans le miel. Ains, à partir du 11 août dernier, la limite maximale de résidus (LMR) du thiaclopride dans un kilo de miel est passée de 0,05 mg à 0,2 mg. En application de ce nouveau règlement européen, du miel contenant quatre fois plus de thiaclopride peut désormais être vendu dans tous les États membres.

Round-Up. En effet, une étude récente montre que la toxicité de la molécule de glyphosate n'a cessé d'augmenter depuis les années 1970, et ce pour pallier aux cas de mauvaises herbes résistantes qui finissent inévitablement par apparaître dans les champs. Dans un même temps, sa LMR dans l'alimentation a été augmentée dix-sept fois ! Ainsi, la Commission européenne et l'EFSA sont régulièrement accusées d'ajuster simplement la législation existante aux besoins de l'industrie. Un travers illustré une fois de plus dans le cas du thiaclopride dans le miel.
 
ET LES ABEILLES ?
Pour augmenter la LMR du thiaclopride dans le miel, l'EFSA ne s'est penchée que sur les effets du pesticide sur les humains. C'est oublier un peu vite qu'une abeille, en raison principalement de sa taille réduite, ne peut supporter les même doses de pesticides qu'un homme. Or davantage de thiaclopride dans le miel extrait de la ruche signifie aussi une intoxication plus importante des abeilles, car le précieux liquide est leur principale source de nourriture. Ce règlement européen qui a aboutit à l'augmentation des résidus du néonicotinoïdes dans le miel menace donc, non seulement les consommateurs, mais aussi les pollinisateurs et l'environnement. POLLINIS étudie tous les recours possibles contre ce nouveau scandale.
Cette année, POLLINIS a largement dépassé les 10 000 fans sur Facebook ! Si vous ne nous suivez pas encore, n'hésitez pas à liker et partager les actualités de la page POLLINIS !
Facebook
Twitter

Quelques mots

ALERTE INFLUENCE DES LOBBIES

A la faveur de l'été, la commission européenne a relevé le seuil maximal de résidus de thiaclopride, un néonicotinoïde, dans le miel.

ASSOCIATION INDÉPENDANTE ET SANS BUT LUCRATIF QUI MILITE POUR ACCÉLERER LA TRANSITION EN EUROPE VERS UNE AGRICULTURE DURABLE, RESPECTUEUSE DE L'ENVIRONNEMENT ET DES POLLINISATEURS DONT ELLE DÉPEND. POLLINIS REPOSE ENTIÈREMENT SUR LES DONS DE CITOYENS ENGAGÉS COMME VOUS DANS CE COMBAT VITAL ET NE REÇOIT AUCUN FINANCEMENT DE GOUVERNEMENTS OU D'ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES POUR POUVOIR CONSERVER SON INDÉPENDANCE ABSOLUE VIS-A-VIS DE TOUT POUVOIR ÉCONOMIQUE OU POLITIQUE.

WWW.POLLINIS.ORG

LA VIE DE L'ASSO

POLLINIS se bat depuis 4 ans pour faire interdire les pesticides tueurs d'abeilles. Quatre ans de lutte et de succès, grâce à votre soutien et à une visibilité grandissante !

POLLINIS fête ses 4 ans d'existence et de combats, notamment contre les pesticides néonicotinoïdes.  En 2012, personne n'avait entendu parler d'eux. Quatre ans plus tard, grâce à notre ténacité, ces tueurs d'abeilles sont devenus un enjeu majeur du projet de loi Biodiversité. Et ils vont être interdits. De la même manière, Nous nous battrons jusqu'au bout pour faire interdire tous les autres tueurs d'abeilles.

Grâce aux 1,4 million de sympathisants qui participent à nos actions, nous avons d'ailleurs obtenu un rendez-vous au Ministère de l'agriculture français. En octobre prochain, nous irons demander – au nom des citoyens – que les néonicotinoïdes ne soient pas remplacés par de nouvelles molécules dangereuses mais par les techniques agricoles alternatives qui existent déjà et qui ont fait leurs preuves.

La demande de cette augmentation émanait  d'un seul pays, l'Allemagne... où se trouve le siège social de l'agrochimiste Bayer, qui détient le brevet exclusif de la molécule de thiaclopride. Cette procédure doit s'appuyer sur une évaluation de la toxicité fournie par le pays demandeur (en l'occurrence par l'Allemagne). Ensuite, un panel d'experts de l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) examine la demande. Les études sur lesquelles se penchent l'EFSA pour rédiger son rapport sont celles présentées par le pays demandeur, et bien souvent menées par les industriels à l'origine de la demande. 



Pour la Commission européenne, la législation sur les LMR doit prendre en compte les consommateurs en respectant un principe fondamental : la sécurité alimentaire prime sur la protection des végétaux. Est-ce vraiment le cas ? La question se pose dans le cas du glyphosate, principe actif du dangereux 

La procédure réglementaire pour augmenter la limite maximale de résidus (LMR) dans notre alimentation sert l'industrie agrochimique.

Le dernier objectif du projet est de concevoir une application mobile qui collectera des informations sur le nid et les mettra gracieusement à la disposition de la base de données du Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN).
Initié en 2013, le projet anti-frelon asiatique vise à réduire la pression que le frelon asiatique fait peser sur les abeilles dont il se nourrit. Espèce invasive, il est arrivé accidentellement en France en 2004 et est désormais présent sur les deux tiers du territoire.
 
INVENTER UN OUTIL ÉCOLOGIQUE ET PEU COÛTEUX
Il continue sa progression à tel point qu'un premier nid a récemment été découvert dans le parc du Museum national d'Histoire naturelle de Paris. L''Union européenne l'a classé parmi les espèces "nuisibles" en juin

CONTRE-LOBBYING CITOYEN

    3. QU'ATTENDEZ-VOUS DE CETTE "FÊTE DE L'ABEILLE NOIRE" ?

LA LEGISLATION ACCOMPAGNE L'INTOXICATION GÉNÉRALISÉE

4 ans de combats !

Fix the following errors:
Hide